Sport17.fr > Actualités Basket > Fred Beuzelin : « Il fallait que je me bouge le cul »
 
 

Interview

Fred Beuzelin : « Il fallait que je me bouge le cul »

0 commentaire
 

Vendredi 16 Decembre 2011

Fred Beuzelin : « Il fallait que je me bouge le cul »
 
Fred Beuzelin : « Il fallait que je me bouge le cul »

Dauphin de La Rochelle en Nationale 2, St Clément vit une première moitié de saison remarquable pour un promu. Nous avons rencontré Fred Beuzelin pour évoquer la situation du club rétais mais aussi sa situation personnelle. Entretien.

8 victoires d'affilée, 2ème du classement à mi-saison, tu imaginais un tel scénario ?
Je m'attendais à ce qu'on joue aussi bien, je m'attendais même à ce que ça vienne un peu plus vite après qu'on soit deuxième je pensais que le haut de tableau de N2 était plus régulier comme ça l'était lorsque j'étais à Rupella. Tout le monde peut battre tout le monde d'ailleurs il y a des surprises tous les weekends. C'est un championnat un peu bizarre.

Est-ce que tu penses que votre bonne forme coïncide avec le retour de Dan Aultman ou tout simplement que l'équipe s'est adaptée à ce nouveau championnat ?
Pour moi, je pense qu'on a aussi payé la préparation en début de championnat. Après c'est clair que Dan il apporte énormément depuis qu'il est arrivé. Mais on a pêché un peu physiquement. La prépa n'était pas trop dure c'est juste que ça faisait longtemps qu'on en avait pas fait une aussi longue. De toute façon on ne s'attendait pas non plus à être premiers, c'est notre première saison. On avait pour objectif d'avoir 7 victoires à Noël, on en a déjà 9. On est largement dans les clous.

« Largement dans les clous » c'est le cas de le dire. D'ailleurs vos objectifs de début de saison étaient d'être dans le haut de tableau mais maintenant vous visez les playoffs, non ?
Ça peut aller très vite, on perd deux fois on peut se retrouver 6ème ou 7ème et tout est remis en cause. On vise les 6 premières places, on est 2èmes alors si on arrive à la rester et qu'on fait les playoffs c'est que du bonus. On n'est pas obligés de finir dans les 2, on n'a aucune pression. Je pense que tout le club, tout le staff et tout le village de St Clément est fier de ce qu'on fait, c'est que du positif.

Est-ce c'est cette absence de pression par rapport aux autres équipes est un avantage pour vous ?
La pression tu en as toujours. En début de saison on l'avait énormément. On a commençait par 3 ou 4 défaites donc forcément tu as de la pression même si tu viens de monter ce n'est pas normal car on avait un effectif capable de beaucoup mieux, on l'a prouvé par la suite. Je pense qu'on travaille beaucoup et qu'on a une vie de groupe géniale. C'est agréable, on se voit énormément, on est content de se retrouver. On prend énormément de plaisir, moi cette année j'en prend beaucoup.

Tu avais déjà vécu pareille ambiance de groupe ?
La saison avec Ryan Williams à La Rochelle et ma première année à St Clément. Le groupe vivait très bien et ça se passait merveilleusement bien sur le terrain bon on a pas eu le petit cadeau à la fin (la montée en N2, NDLR). Honnêtement cette année je prends énormément de plaisir et ça se ressent sur le terrain pour tout le monde. Quand on voit Armand ce qu'il est entrain de faire, Redouane (Fergati) et Souly (Souleymane Coulibaly) qui revient très très fort. Ça prouve aussi que ça vit bien. Quand je vois Ludo (Chauvin) qui avait du mal en début de saison et qui là dans les 2-3 derniers matchs a été hyper important.

Sur un plan personnel, comment analyses-tu cette première moitié de saison ?
Je pense que depuis le match de Dax-Gamarde je suis redevenu un peu ce que j'étais et ce que je devais être depuis longtemps. Mon début de saison a été très mauvais et je n'ai pas eu besoin qu'on me le dise pour m'en apercevoir. Je n'arrivais à m'exprimer. Je me suis mis dans la tête que comme ça ne marchait pas bien en attaque il fallait que je me bouge le cul en défense. Ça a marché. Je suis quelqu'un qui me prend beaucoup la tête même si sur le terrain ça ne se voit pas trop et que les gens se disent « c'est un branleur ». Mon coach peut te le dire, je déteste perdre. Je me suis remis en question et c'est tombé contre Gamarde parce que c'était un gros match et qu'il fallait absolument qu'on gagne. Je me suis donne tout en défense et puis en attaque ça passe ou ça passe pas tu verra bien. Ça m'a donné le rythme et c'est ce qui me manquait.

Basket - Saint-Clément-des-Baleines - Fred Beuzelin : « Il fallait que je me bouge le cul »

Antoine ROBERT
 
Ajouter un commentaire